Fumier composté

Sommaire

Utiliser du fumier pour jardin c’est bien, mais utiliser du fumier composté, c’est mieux !

Pourquoi utiliser du fumier décomposé ? Comment obtenir un compost parfait et quels sont les avantages et les inconvénients de cet engrais naturel ? Toutes les réponses en quelques points-clefs.

Fumier « composté » : qu'est-ce que c'est ?

Pour commencer, il convient de faire la différence entre le fumier et le compost :

  • Le fumier est le mélange d’excréments d’animaux (fientes de volailles, bouses de vaches, déjections de lapins et de moutons…) et de paille de litière.
  • Le compost est le résultat du processus de compostage, transformation biologique de matières organiques, de résidus végétaux et minéraux en un terreau riche en oligo-éléments et nutriments pour l’enrichissement du sol.

Le fumier composté est un fumier longuement aéré et transformé, mélangé à des déchets organiques et / ou résidus végétaux eux-mêmes en décomposition.

À noter : le seul mélange fumier + compost ne suffit pas à la réalisation de fumier composté ! C’est le délai et la méthode de compostage qui justifient l’appellation et les vertus du purin composté.

Pourquoi et comment composter du fumier composté ?

Pour éradiquer les agents pathogènes

Utilisé frais, le fumier est dangereux à différents égards, tant pour l’homme que pour les cultures. Il peut être source de contaminations graves en raison de la présence d’agents pathogènes dus à l’absorption de médicaments, comme les vermifuges ou les antibiotiques.

Le compostage, processus de transformation biologique de plusieurs mois, permet alors d’assainir et d’éradiquer la plupart des bactéries contenues dans les fumiers frais.

Fumier composté : un processus long et minutieux

Tous les fumiers animaux sont soumis à la même méthode de compostage et doivent être préalablement mélangés à d’autres matières.

Le processus de compostage est identique au compostage de déchets verts : en tas et suffisamment aéré.

Bon à savoir : paille, résidus végétaux, gazon, pelures de légumes, algues, paille, tonte de pelouse, lits de feuilles sèches… la variété de la composition participera d’une meilleure fermentation.

La chaleur générée par la fermentation du fumier et du compost mélangés permet la destruction des bactéries. Pour cela, la température doit être maintenue à 50°C pendant au moins 6 semaines.

À noter : si le fumier est devenu trop sec au moment du compostage, un arrosage au démarrage du processus lui sera bénéfique.

Le processus de compostage du fumier doit s’étaler sur plusieurs mois. Toutes les six semaines, l’aération et le mélange de compost à la fourche permettent de faire circuler la chaleur dans l’ensemble pour qu’il soit parfaitement décomposé.

Bon à savoir : Veillez à ce que le mélange reste bien humide, retournez le compost deux fois dans l’année et évitez les mottes compactes en émiettant régulièrement à la fourche.

Il faut au moins deux ans, en respectant des règles de compostage bien particulières (aération, degré d’humidité, température…) pour que le compostage soit totalement abouti.

Fumier composté : où s'en procurer ?

Fumier de commerce : normes sanitaires respectées

Les fumiers vendus en grandes surfaces ou magasins spécialisés répondent à des exigences de sécurité sanitaire et des normes très précises.

Le risque est donc quasi inexistant de retrouver dans ces fumiers du commerce des résidus absorbés par les médicaments. N’hésitez pas à demander des conseils au vendeur pour choisir le sac d’engrais le mieux adapté à votre potager ou à vos plantes pour un sol de jardin parfaitement équilibré. Demandez des conseils également sur la quantité à utiliser selon la surface à fertiliser.

Fumiers de ferme : la prudence s’impose

Plusieurs exploitations agricoles ou centres équestres proposent à la vente – ou parfois gracieusement - du purin frais au particulier. Ce fumier, mal voire pas du tout composté, peut contenir des résidus de médicaments (antibiotiques, vermifuges) très dangereux pour l’être humain.

Il est alors conseillé de se renseigner sur les pratiques vétérinaires de l’exploitant, sur le temps de compostage du fumier fourni ou bien d’envisager un compostage directement chez soi, pendant plusieurs mois.

Fumier composté « maison » : une bonne alternative ?

Un compost réalisé avec les pelures de légumes et de fruits, l’herbe et les feuilles du jardin, les résidus de végétaux peut également être vecteur de bactéries :

  • il n’est pas rare que des animaux domestiques (chats, chiens, lapins, poules…) contaminent les tas de compost.
  • les animaux de compagnie peuvent en effet être porteurs de virus ou traités par médicaments dont les résidus restent longtemps actifs dans les déjections.
  • dans ce cas également, un compostage rigoureux s’impose, surtout si le compost est destiné à enrichir un potager.

Utilisation de son fumier composté

Le fumier, qu’il soit composté ou non, est une matière organique qui :

  • renforce les terres légères et les alourdit ;
  • apporte des oligo-éléments indispensables ;
  • enrichit la terre en humus ;
  • améliore la fertilité du sol;
  • contribue à la qualité des récoltes ;
  • favorise le rendement des cultures.

Les apports de fumier composté sont préférables en automne et en hiver afin d’être bien assimilés par la terre pendant le repos de la végétation.

Un second apport au printemps, avant les semis et plantations, dopera la terre pour un meilleur enracinement et une meilleure reprise de croissance.

Bon à savoir : les fumiers de bovins et de cheval sont très puissants et ont une action très lente dans le sol. Mieux vaut espacer l’épandage tous les quatre ans pour éviter de brûler les plantes.

Le fumier est à appliquer en fonction du sol :

  • Le fumier « froid » : les fumiers de bovins et de porcs sont dits « froids » car leur dégradation est très lente. Ils sont davantage adaptés aux sols calcaires et siliceux.
  •  Les fumiers « chauds » (crottes de lapin, crottins de cheval ou déjections de moutons) ont la particularité de réchauffer le sol et sont plus adaptés aux sols argileux.

Les apports du fumier dans le sol

Le fumier est un produit naturel apportant aux légumes et autres plantes tous les apports dont ils ont besoin. Cet engrais est notamment riche en azote. Or, l’azote contribue, en quantité raisonnée, au développement des plantes. Cet engrais est également riche en phosphore, en potassium, en calcium ou encore en magnésium. En clair, épandre cet engrais permet d’apporter au sol de votre potager un produit décomposé permettant d’enrichir la terre et ainsi de favoriser la croissance de vos cultures.

Pour approfondir :

Ces pros peuvent vous aider