Épandage de lisier

Sommaire

L'épandage du lisier et de ses effluents nécessite certaines précautions pour éviter de dégrader la nature, mais aussi de nuire à la population.

D'ailleurs, des règles sont mises en place et doivent être appliquées correctement afin de limiter la pollution provoquée par les épandages de ce type de fertilisant. Le point sur ce fumier organique et la méthode d'épandage de lisier.

Qu'est-ce que l'épandage de lisier ?

L'épandage de lisier et de ses effluents consiste à utiliser des déchets spécifiques et à les répartir sur les cultures :

  • Ces déchets proviennent essentiellement des excréments et de l'urine d'animaux d'élevage tels que les bovins, la volaille, les porcins.
  • Les déjections d'animaux d'élevage sont mélangées à l'eau de lavage des bâtiments d'exploitation agricole. Le volume d'eau peut atteindre 90 % du mélange.

Le lisier est un type de fertilisant organique valorisé par l’agriculteur : il maîtrise ainsi le prix de ses produits et optimise les fruits de son travail. Il est destiné à être stocké dans des cuves afin d'être utilisé pour fertiliser des terres agricoles par un procédé d'épandage.

Les lisiers sont des fertilisants azotés qui visent à fertiliser les cultures. Toutefois, une application de fertilisant trop azoté peut s’avérer préjudiciable pour la terre. Un mauvais équilibre en minéraux et oligo-éléments risque d’appauvrir les sols.

Bon à savoir : l'épandage du lisier nécessite un équipement spécialement adapté à cette opération.

Méthodes d'épandage de lisier

Les agriculteurs épandent le lisier avec un véhicule épandeur équipé d'une cuve contenant le purin liquide. Cet engin appelé la tonne à lisier est équipé :

  • Soit d'une rampe basse dotée d'un système de régulation du débit de lisier, manuel ou hydraulique. Elle permet d'épandre uniformément le purin.
  • Soit d'une rampe à pendillards, positionnée à faible hauteur par rapport au niveau du sol. Elle est munie de tuyaux qui permettent de distribuer le lisier. Tous les tuyaux sont fixés sur la rampe à pendillards. Les tuyaux de descente sont positionnés sur la partie inférieure de la rampe. Ils sont espacés les uns des autres de 30 cm pour répartir avec homogénéité et précision le liquide d'épandage.

De nombreux professionnels utilisent des buses palettes. Toutefois, les chambres d’agriculture ont le projet d’interdire les buses palettes en raison d’une émission trop importante d’ammoniac. Le pendillard simple constitue une parfaite alternative pour réduire de 30 % les émissions d’ammoniac par rapport à une buse palette.

Certaines rampes peuvent être pourvues :

  • d'un système anti-gouttes ;
  • de correcteurs de dévers ;
  • de hacheurs-répartiteurs verticaux ;
  • d'enfouisseurs.

Bon à savoir : il existe un choix conséquent de modèles de tonne à lisier, que ce soit des camions ou des remorques. Ces engins sont proposés à la vente (neufs ou d'occasion) ou à la location.

Réglementation en matière d'épandage de lisier

L'épandage de lisier et de ses effluents est soumis à des règles concernant les distances à respecter vis-à-vis des habitations et des espaces naturels. Les distances minimum d'épandage de lisier sont établies par arrêté et définies comme suit :

  • Habitation des tiers :
    • 15 mètres si injection directe du lisier dans le sol ;
    • 50 mètres avec délai d'enfouissement de 12 heures ;
    • 100 mètres avec délai d'enfouissement de 24 heures.
  • Espaces alentour :
    • 35 mètres des cours d'eau (ruisseau, torrent, rivière, fleuve, etc.) ainsi que des plans d'eau (mare, étang, lac) ;
    • 50 mètres des points d'eau tels que les puits, forages, distributeurs d'eau potable, etc. ;
    • 200 mètres des lieux de baignade ;
    • 500 mètres des zones piscicoles et conchylicoles (coquillages).

D'autre part, des arrêtés préfectoraux fixent des interdictions d'épandage de lisier et de ses effluents dans les cas suivants :

  • sur les sols enneigés ou gelés ;
  • sur les sols inondés ou détrempés pendant les périodes de fortes pluies ;
  • sur un terrain en forte pente ;
  • sur un sol non cultivé ;

La fertilisation en azote est interdite sur les légumineuses sauf cas particuliers.

Bon à savoir : l'épandage du lisier, relevant de la protection de l'environnement, est soumis à autorisation ou déclaration au titre du Livre V du Code de l'environnement. Pour toute question, il est recommandé de se renseigner en mairie ou en préfecture.

La Cuma (coopérative d’utilisation du matériel agricole) tente de trouver des réponses avec les chambres d’agriculture pour améliorer le travail d’épandage, préserver la nature et réduire les coûts d’exploitation pour les agriculteurs. Pour cela, la Cuma recueille toutes les informations pour s’assurer des avantages et inconvénients des équipements afin d’optimiser les métiers de l’agriculture. Enfin, la Cuma souhaite bénéficier de références sur les derniers types d’enfouisseurs : enfouir plutôt qu’épandre permet de réduire le prix pour les professionnels. Selon la Fédération des entrepreneurs des territoires, cela représente une économie de 120 € la tonne.

Pour aller plus loin :

En conclusion

  • Les épandages de lisiers consistent à valoriser les déchets des bovins, ovins, etc., et les effluents ;
  • Le lisier est un type de produit permettant à l’agriculteur de limiter le prix de la fertilisation de ses sols ;
  • Les lisiers sont des matières organiques azotées fertilisantes dont l’utilisation est réglementée pour éviter notamment une contamination des cours d’eau.

Ces pros peuvent vous aider