Lisier

Sommaire

Le lisier se caractérise par son aspect liquide : à 85 % de liquide pour cette matière, il s’agit de lisier, en-deçà, il s’agit de fumier. Cet engrais naturel s’utilise pour la fertilisation des cultures. Découvrez comment sont fabriqués les lisiers et comment exploiter ces effluents agricoles pour le traitement de votre terre.

Qu'est-ce que le lisier ?

Le lisier est en quelque sorte le pendant liquide du fumier : c'est un mélange des urines et de matières fécales des animaux et de l’eau de nettoyage des bâtiments d'élevage.

  • Le lisier provient des fermes d’élevage de porcs, de bovins ou de volailles ayant choisi un système d’élevage sur caillebotis et la « gestion liquide » des déjections, par opposition à la gestion sur litière, qui produit du fumier. En France, il existe notamment en Bretagne de nombreux élevages de porcs produisant chaque année des tonnes de lisiers.
  • Cette « gestion liquide » des déjections est de plus en plus fréquente, notamment dans l'élevage porcin, car elle est plus facile que la gestion sur litière et n'exige pas de paille. Conséquence : la production de lisier a souvent augmenté plus vite que ses débouchés en termes de valorisation.

Par ailleurs, l’alimentation et le traitement médicamenteux des animaux de la ferme a un impact sur la qualité des fumiers et lisiers et donc sur les prairies où est réalisé l’épandage.

Bon à savoir : Plus de 300 millions de tonnes de fumier sont produites chaque année en France.

Comment stocker le lisier ?

Le stockage des déchets composant le lisier peut s’effectuer dans des réservoirs. Il s’agit de réservoirs spécifiques, idéalement en acier inoxydable parfaitement étanche. Le stockage des lisiers se réalise aussi en poche souple sur une aire étanche munie d’un point bas. Cette configuration permet de collecter les liquides d’égouttage, dirigés vers les installations de stockage ou de traitement des effluents de l’élevage.

Comment utiliser le lisier ?

Utilisation classique en tant qu'engrais

Contrairement au fumier, très utilisé au potager et au jardin d'agrément, le lisier de porc est exploité comme engrais organique en agriculture uniquement.

Le lisier a une bonne valeur fertilisante, apportant au sol de l'azote, mais aussi du phosphore et du potassium sous une forme facilement assimilable par les végétaux.

Les lisiers de porc sont utilisés pour remplacer les engrais minéraux. Ils présentent en effet les caractéristiques d’un engrais minéral dilué contenant tous les oligo-éléments nécessaires aux plantes. Leur apport en NPK assure un traitement efficace des cultures. Pour un propriétaire de ferme élevant le porc, ce système est économique : il recycle les excréments de ses animaux directement sur ses terres.

L’épandage peut s’effectuer au moment de la levée des plantes, pour qu’elles puisent immédiatement tous les nutriments dont elles ont besoin. Les eaux de surface peuvent entraîner l’azote dans le sol pour une fertilisation progressive.

Utilisation expérimentale pour la fabrication de compost

De nouvelles expériences de valorisation du lisier ont été tentées, par exemple le mélanger à 2/3 d'écorces et le transformer en compost dénué d'odeur, grâce à un procédé accéléré spécial, incluant une ventilation forcée.

Épandage du lisier et tonne à lisier

Le lisier est transporté et épandu sur les terres agricoles à l'aide d'une tonne à lisier : c'est une cuve de grande capacité, montée sur roues et déplacée à l'aide d'un tracteur.

L'épandage du lisier doit se conformer à des programmes définis par arrêtés préfectoraux afin d'éviter les pollutions possibles. En effet, l’épandage excessif a été pointé du doigt par les autorités.

Lisier : quelles sont les nuisances possibles ?

Le lisier a mauvaise réputation : on lui reproche les nuisances olfactives liées à son entreposage et à son épandage et on le soupçonne surtout de contaminer les nappes phréatiques avec des nitrates.

Selon le mode stockage, les lisiers peuvent émettre une importante qualité d’ammoniac et de gaz et libérer du méthane

Nuisances olfactives

Il existe désormais des méthodes pour désodoriser le lisier avant épandage et pour limiter les mauvaises odeurs dues à la proximité de fosses de stockage de lisier :

  • utiliser une rampe d’épandage basse ;
  • incorporer le lisier au sol ;
  • utiliser un écran anti-odeurs autour de la prairie ;
  • recouvrir le hangar de stockage du lisier ;
  • utiliser un réservoir étanche.

Contamination des rivières et des nappes phréatiques

Le lisier en soi n'est pas polluant. Mais il le devient si :

  • il est épandu en quantités excessives sur des surfaces agricoles insuffisantes,
  • il est épandu en saison de fortes pluies, lorsqu'un lessivage des terres entraîne un écoulement de nitrates vers les rivières et des nappes phréatiques.

Les agriculteurs doivent désormais se conformer à un cahier d'épandage précis. Ils doivent notamment disposer de surfaces d'épandage suffisantes et de capacité de stockage du lisier adéquates pour éviter tout épandage jusqu'à la fin de la saison pluvieuse.

En conclusion

  • Le lisier provient des fermes d’élevage de porcs, de bovins ou de volailles.
  • Il se compose de leurs déjections (urines et matières fécales).
  • À la différence du fumier, le lisier présente un aspect liquide.
  • Il dispose d’un fort pouvoir fertilisant et s’utilise dans l’agriculture, en épandage.
  • Mal utilisé, le lisier constitue une source de pollution. La réglementation impose des obligations aux exploitants agricoles.

Aussi dans la rubrique :

Choisir son engrais

Sommaire

Ces pros peuvent vous aider