Engrais phosphatés

Sommaire

Le phosphate joue un rôle primordial dans le processus métabolique des végétaux. Pour prévenir les carences ou combler les manques, il est fréquent de recourir à des engrais phosphatés. Quelle est leur utilité ? Quels types d’engrais phosphatés existent ? Quelles sont leurs caractéristiques ? Et quel usage dans l’agriculture biologique, tenue par une réglementation drastique. Les réponses dans cet article.

Engrais phosphatés : définition et utilisation

Un engrais phosphaté est un fertilisant riche en phosphore (P).

Les engrais phosphatés sont surtout préconisés pour favoriser la production florale des végétaux. Par voie de conséquence, les engrais phosphatés favorisent la fructification, puisque les fruits naissent des fleurs. Leur haute teneur en phosphore est également indispensable au bon développement des graines. Ils ont donc tout naturellement leur place dans tous les types de cultures.

On entend parfois parler de superphosphates. Ils sont le résultat d’un traitement par acide (phosphorique ou sulfurique) de phosphates naturels. Il existe 3 types de superphosphates :

  • le superphosphate simple ;
  • le superphosphate concentré ;
  • le superphosphate triple.

Bon à savoir : L'acide phosphorique se prépare à partir de phosphates naturels

Les engrais phosphatés sont largement utilisés dans le domaine de l’agriculture pour enrichir le sol. Mais les particuliers ont aussi recours aux engrais riches en phosphate pour booster la production des plantes fleuries au jardin d’agrément, favoriser la fructification et la qualité des fruits au verger, augmenter le rendement des légumes au jardin potager.

Le phosphate peut être utilisé en complément de l’azote. Attention toutefois : l’azote, comme tous les éléments de ce type, doit être utilisé avec parcimonie en fonction des besoins du sol et des plantes.

Bon à savoir : Les engrais phosphatés contiennent des phosphates d’ammonium, de calcium et d’aluminium.

Engrais phosphatés : types et caractéristiques

Il existe deux grands types d’engrais phosphatés. Ces produits anti-carentiels répondent aux besoins de tous les types d’agriculture, à savoir l’agriculture conventionnelle et l’agriculture biologique.

L’engrais phosphaté minéral

Cet engrais phosphaté d’origine sédimentaire est produit de façon chimique par des industries extractives. En effet, sa production nécessite que les gisements des roches soient exploités : il s’agit du minerai de phosphate.

Près de 80 % des besoins européens sont fournis par le proche-orient et les pays l’Afrique du Nord. De nombreux produits importés en France par les agriculteurs viennent notamment du Maroc. Le Maroc s’impose comme un pays majeur dans la production de phosphates avec 40 millions de tonnes en 2022 (source : classement de l’Institut américain de géophysique US Geological Survery). Ce pays se classe ainsi au 2e rang de la production mondiale.

Bon à savoir : La principale exploitation minière du pays se situe à Khouribga. Le minerai est acheminé sous forme de pulpe, constituée de 60 % de minerai et de 40 % d’eau.

Comme tout engrais minéral, l’engrais phosphaté est directement assimilable par les plantes. Il répond donc dans un délai court à certains besoins nutritifs des végétaux. C’est ce type d’engrais riche en phosphates utilisé par l’agriculture conventionnelle, c’est-à-dire à grande échelle.

L’engrais phosphaté organique

Il existe aussi des engrais phosphatés naturels à base de matières organiques, comme les os séchés et réduits en poudre par exemple ou encore les déjections de volaille. Ces fertilisants se substituent aux engrais phosphatés chimiques.

Tous ces engrais se présentent sous différentes formes : solide, liquide, en poudre, en granulés.

Bon à savoir : Les dosages doivent absolument être respectés, conformément aux préconisations des fabricants inscrites sur les emballages.

Engrais phosphatés : quid de l’agriculture biologique ?

L’agriculture biologique est tenue de respecter des règles drastiques. Ainsi, il lui est interdit de recourir aux engrais minéraux de synthèse. Les engrais phosphatés minéraux ne sont pas utilisables par l’AB. D’origine sédimentaire, ils contiennent en effet des traces d’uranium, de cadmium et d’arsenic. Les sols agricoles traités avec ce type d’engrais phosphaté sont donc exposés au risque d’accumulation de ces substances toxiques à plus ou moins long terme.

En revanche, la réglementation autorise l’agriculture biologique à recourir aux phosphates naturels ainsi qu’aux engrais phosphatés obtenus à partir de matières organiques compostées. Toute la difficulté tient dans le fait que le cahier des charges de l’agriculture biologique (AB) n’autorise que des engrais plus faiblement disponibles que les fertilisants chimiques.

Pour que ces produits soient considérés comme naturels, la fabrication d’engrais phosphatés d’origine organique (UAB) doit provenir d’élevage bio. Dans le cas contraire, les os et les déjections peuvent contenir des résidus de pesticides et autres produits chimiques non compatibles avec un produit bio.

Bon à savoir : Pour maintenir la fertilité des sols, l’agriculture biologique table plus sur la rotation des cultures que sur l’épandage de fertilisants.

Engrais phosphatés : prix

Les engrais phosphatés sont commercialisés en jardinerie, dans les coopératives agricoles et via les sites Internet dédiés.

Voici quelques exemples de prix d'engrais phosphatés, relevés en octobre 2023.

  • Phosphate 100 % d’origine naturelle (minérale), la boîte de 1,5 kg : autour de 13 €
  • Phosphate de roche primaire en poudre, le sac de 25 kg : entre 30 et 40 €
  • Engrais phosphaté organique à base de farine de poisson compostée, le seau de 5 kg : entre 25 et 30 €.

Bon à savoir : veillez à toujours acheter un engrais phosphaté répondant aux normes européennes. Les produits conformes au règlement CE 834/2007 sont utilisables en agriculture biologique.

Ces pros peuvent vous aider